mar. Fév 27th, 2024

La Corée du Sud est devenue en quelques décennies une grande puissance économique, incontournable dans certains secteurs tels que l’électronique (notamment les microprocesseurs), l’automobile, la sidérurgie, les chantiers navals, etc. Ce pays de 52 millions d’habitants a un PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat équivalent à celui de la France. 

 

En 2023, la croissance du PIB a été de 1,4 %. Elle a été sur le dernier trimestre de 0,6 %. Le pays avait connu un début d’année 2023 difficile en raison du resserrement de la politique monétaire et de la baisse des prix sur le marché des semi-conducteurs, dont elle est l’un des plus grands fabricants. En fin d’année, en revanche, le pays a bénéficié d’une forte augmentation des commandes de composants électroniques et de batteries en provenance des constructeurs étrangers. D’octobre à décembre, le pays a enregistré une hausse de ses exportations de 2,6 % en rythme trimestriel. La Corée du Sud a réorienté son commerce extérieur vers les États-Unis. Sur l’ensemble de 2023, les exportations coréennes vers la Chine ont diminué ainsi, en valeur, de 20 %, quand celles destinées à l’Amérique du Nord ont progressé de 20 %.

Les ÉtatsUnis sont ainsi redevenus, pour la première fois en vingt ans, le premier client de la Corée du Sud supplantant la Chine. Malgré les difficultés de la Chine, les producteurs de microprocesseurs coréens, responsables à eux-seuls de 10 % des exportations du pays, devraient profiter en 2024 de la reprise des commandes internationales en lien avec l’essor des voitures électriques et de l’intelligence artificielle. La demande interne en Corée du Sud devrait rester en revanche assez atone, cette année, en raison du déclin démographique du pays et du maintien de taux d’intérêt élevés. Malgré tout, le taux de croissance est attendu à 2,1 % en 2024. Le gouvernement sud-coréen devrait prendre des mesures en faveur des ménages avant les élections législatives prévues cette année dont l’issue se révèle pour le moment indécise.

 

Par Philippe Crevel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *