France Hydrogène Mobilité publie son livre blanc sur les perspectives de  déploiement du poids-lourd électrique à hydrogène pour le transport de  marchandises

A l’occasion d’un évènement organisé avec France Supply Chain rassemblant les acteurs de la logistique  et du transport, France Hydrogène Mobilité, le groupe dédié à la mobilité routière au sein de France  Hydrogène, publie son Livre blanc sur les perspectives de déploiement du poids-lourd électrique à  hydrogène pour le transport de marchandises. 

Avec 31 % des émissions nationales de gaz à effet de serre, le secteur du transport est le premier  émetteur de GES du pays. Le transport routier de marchandises pèse quant à lui pour 20 % des GES du  transport français et représente près de 40 millions de tonnes équivalent CO2. Le secteur du transport  représente donc un levier essentiel pour lutter contre le réchauffement climatique. Les objectifs de  réduction des émissions de CO2 pour les poids lourds fixés à -15 % en 2025 et -30 % en 2030 par rapport  à 2019 imposent aux constructeurs d’accélérer leur transition.  

La lutte contre le dérèglement climatique et l’amélioration de la qualité de l’air associées à des  politiques européenne et nationale volontaristes amènent donc l’ensemble des acteurs du secteur du  transport à une prise de conscience pour engager la transition des véhicules de transport de  marchandises vers des solutions basses et zéro émission. La technologie est donc au cœur du  changement pour ce secteur. 

Contraintes opérationnelles et environnementales : l’hydrogène coche toutes les cases  

Le secteur du poids lourd est soumis à des contraintes opérationnelles fortes, et requiert pour de  nombreux usages, des autonomies élevées et des temps de recharge courts. La technologie électrique  à hydrogène répond à ces contraintes tout en proposant une solution zéro émission à l’échappement.  L’hydrogène adresse l’ensemble des segments d’usages du transport de marchandises, en  complémentarité à l’électrique à batterie qui répond aux besoins les moins contraints. Lorsque les  contraintes logistiques sont particulièrement fortes – kilométrage élevé, haute charge utile nécessaire 

ou encore temps limité pour la recharge – l’hydrogène est la solution zéro émission à l’échappement  la plus adaptée.

En ligne avec les orientations des politiques environnementales européennes, nationales, locales et  privées, le déploiement du camion électrique à hydrogène contribue aux objectifs de réductions des  émissions de CO2 imposés aux constructeurs de camions. Il peut notamment circuler dans les ZFE  (zones à faibles émissions) des centres-villes. En parallèle, le déploiement d’un réseau de distribution  de l’hydrogène renouvelable ou bas carbone qui doit accompagner les véhicules a été identifié comme  priorité nationale et européenne. 

Si le gazole demeure encore la première énergie du transport routier de marchandises, le secteur est  en train d’évoluer rapidement, avec la montée en puissance de l’hydrogène et de la structuration de  la filière.  

Des partenariats et des écosystèmes d’innovation pour accélérer  

Portée par des Stratégies nationale et européenne ambitieuses, la filière hydrogène connaît une forte  accélération et est en pleine industrialisation de ses solutions. Les constructeurs européens se  saisissent de la technologie hydrogène et s’engagent pour livrer les premières pré-séries de camions  dès 2023-2024 avant la production en série annoncée pour 2026-2028. En parallèle, le réseau de  distribution de l’hydrogène se développe pour couvrir progressivement les grands axes régionaux puis  les corridors européens RTE-T notamment et ainsi atteindre les objectifs fixés par la règlementation  AFIR. 

Les alliances industrielles et les partenariats se nouent entre constructeurs de véhicules et acteurs de  la fourniture d’hydrogène. Les initiatives s’organisent pour identifier les flux logistiques  particulièrement pertinents permettant d’optimiser les déploiements et de réduire les surcoûts  inhérents à cette première phase de développements. 

Cette phase d’amorçage de la filière est donc avant tout caractérisée par une étroite et nécessaire  collaboration entre l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur : constructeurs de véhicules,  énergéticiens, fournisseurs d’équipement, chargeurs et transporteurs s’associent pour déployer les  premiers projets.  

Aujourd‘hui, les premiers projets de démonstration se développent en France1, projets qui seront  suivis de projets de plus grande envergure puis par la commercialisation et le développement à grande  échelle d’ici 2030, date à laquelle les courbes de coûts totaux de possession d’un camion électrique à  hydrogène convergeront avec ceux du diesel. 

« L’enjeu est grand et les objectifs sont ambitieux. Pour décarboner le secteur du transport de  marchandises, l’hydrogène offre une réponse adaptée à la fois aux contraintes opérationnelles et  environnementales auxquelles sont soumis l’ensemble des acteurs. Les initiatives qui voient le jour mettent en évidence la nécessité d’efforts de concertation et de coordination entre les acteurs  publics et privés, aussi bien au niveau national qu’au niveau européen. Tout doit être mis en œuvre  pour favoriser l’émergence d’une filière européenne compétitive et accompagner cette dynamique  de déploiement. Nous devons agir dès maintenant pour accélérer la décarbonation d’un secteur qui  joue un rôle majeur dans la lutte contre la pollution et dans le même temps, un rôle essentiel pour le  

1 Dont l’initiative Corridor H2 et les projets CATHyOPE, HyAMMED, VHyGO, …

développement de la mobilité hydrogène. Nous avons conçu ce Livre blanc pour informer et  accompagner les acteurs de la chaîne logistique du transport de marchandises souhaitant s’engager  vers cette solution zéro émission. » déclare Valérie Bouillon-Delporte, 1ère Vice-Présidente de France  Hydrogène et coordinatrice de son groupe Mobilité. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.