lun. Avr 22nd, 2024

Pas de chef-d’oeuvre absolu pour commencer les ventes aux enchères de printemps millésime 2023. De nombreuses œuvres ont dépassé les 10 m$ bien sûr lors de la soirée inaugurale de Christie’s ce 11 mai, mais sans réussir à dépasser le seuil des 50 m$, si bien que le sommet à 195 m$, atteint l’an dernier à la même époque par la toile Shot Sage Blue Marilyn (1964) d’Andy Warhol, paraît aujourd’hui bien loin.

« Le Marché de l’Art est une pyramide », observe thierry Ehrmann, Président d’Artmarket.com et Fondateur d’Artprice. « Sa base reste très solide, grâce à d’innombrables échanges enregistrés aux quatre coins du monde pour toutes les gammes de prix. Mais cette pyramide aime être couronnée d’un nouveau chef-d’oeuvre chaque année ; une sorte d’apex qui lui manque encore en 2023 ».

Un marché tenu dans l’expectation

Cette situation rompt quelque peu avec une tradition instaurée par Christie’s au cours des dernières années. La Maison de Ventes détenue par François Pinault a en effet habitué le Marché de l’Art à voir chaque année au mois de mai un immense chef-d’oeuvre enflammer sa salle de vente new-yorkaise :

  • En mai 2019, Jeff Koons était devenu l’artiste vivant le plus cher du monde avec la sculpture Rabbit (1986) vendue 91,1 m$
  • En mai 2020, les ventes aux enchères sont postposées en raison de la crise sanitaire
  • En mai 2021, Femme assise près d’une fenêtre (Marie-Thérèse) (1932) de Pablo Picasso dépasse le seuil symbolique des 100 m$ pour la première fois depuis deux ans : 103 m$
  • En mai 2022, Shot sage blue Marilyn (1964) d’Andy Warhol, issu de la collection de Thomas Ammann, récolte la deuxième meilleure enchère de tous les temps, achetée 195 m$ par Larry Gagosian

Le 11 mai 2023, pour sa grande session d’Art du XXème Siècle, Christie’s plafonne cependant à 43,5 m$ avec une toile du Douanier Rousseau peinte l’année même de son décès. Il s’agit d’un record retentissant pour cet artiste qu’aimait particulièrement Picasso, mais c’est un sommet presque un peu trop léger pour cette prestigieuse session de vente.

Faut-il y voir un essoufflement, après la pluie de records enregistrés l’automne dernier lors de la vente de la collection Paul G. Allen ? Christie’s avait alors adjugé en une seule soirée cinq lots au-dessus des 100m$…

Les deux enchères les plus spectaculaires de la soirée concernent d’ailleurs des œuvres issues de la collection du co-fondateur de Microsoft et qui n’avaient pas été mises en vente à l’automne dernier. Black Iris VI (1936) de Georgia O’Keeffe, estimée entre 5 et 7 m$, a finalement été vendue 21,1 m$ (frais inclus). Lors de son dernier passage en salle de ventes, en 1998, son prix était de 1,1 m$, soit presque vingt fois moins cher. Early Blossom, Woldgate (2009) de David Hockney, estimée elle-aussi entre 5 et 7 m$, a vu son prix grimper jusqu’à 19,4 m$.

Garanties de vente mais pas nécessairement de performance

Sur les 70 lots mis en vente par Christie’s ce 11 mai 2023 à New York, seulement 33 n’étaient pas garantis. Toutes les œuvres de la collection S. I. Newhouse et de la collection Paul G. Allen ainsi que de nombreuses autres provenant de prestigieuses collections (comme celle d’Alan et Dorothy Press) bénéficiaient de ce montage, qui se multiplie dans les grandes ventes. 

Pour ces lots, Christie’s émet un avertissement : « On occasion, Christie’s has a direct financial interest in the outcome of the sale of certain lots consigned for sale. This will usually be where it has guaranteed to the Seller that whatever the outcome of the auction, the Seller will receive a minimum sale price for the work. This is known as a minimum price guarantee. This is such a lot. »

Au printemps 2022, 30 % des lots de la session d’Art du XXème siècle de Christie’s étaient ainsi sujet à une garantie de vente (17 sur les 56 proposés, dont deux seulement pour la vente de la collection Anne H. Bass). Cette année, la même Maison de Ventes a garanti jusqu’à 52 % des lots. Pourtant, la multiplication de ces garanties n’assure pas une meilleure performance : avec sa vente du 11 mai 2023, Christie’s a totalisé 506,6 m$, alors que la même session avait généré 832,2 m$ lors de l’exercice précédent (le 12 mai 2022).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *