Par Angelo CACI – SYRTALS CARDS
Lire l’article sur les wallets auparavant
Nées plus récemment, nombreuses sont celles qui ont misé naturellement sur les multiples facettes du smartphone pour proposer, souvent de façon originale, des services de paiement en CtoB et PtoP. Dans cette catégorie, on trouvera des acteurs ayant des vocations universelles ou privatives, dont une courte sélection ci-après.
Certaines start-up ont ainsi adressé prioritairement des populations ou communautés ciblées (notamment les jeunes, millenials et urbains), les campus universitaires, les cantines d’entreprises ou certains secteurs d’activités (restauration, parking), à l’instar des français Lydia,PaybyPhone ou Resto Flash et Yo y o au Royaume-Uni.
Outre ses fonctions initiales de paiement mobile en mode QR code, la jeune pousse Lydia est devenue entre-temps une des meilleures applications de PtoP en France (l’expression « fais-moi un Lydia » serait ainsi emblématique) et ne cesse d’enrichir son catalogue de services pour le grand public: émission de sa propre carte bancaire éligible à son tour sur plusieurs X-Pay, agrégation de comptes, comptes partagés, cartes virtuelles, assurance… ou encore le prêt instantané jusqu’à 1 000 € (en partenariat avec Banque Casino).
Au-delà de la promotion d’un wallet à sa marque, l’anglais Yo y o a noué plusieurs partenariats dans le retail et l’industrie « Quick Service Restaurant », dont Caffe Nero ou Planet Organic pour les aider à mettre en marché des wallets privatifs à leur logo. Ainsi, dans le but de construire des campagnes marketing à succès, Yoyo propose à ses clients et partenaires tout un arsenal de services d’animation (fidélité, avantages, gamification…).
Proche de chez nous également, citons la réussite de l’ex start-up Digicash qui est devenue l’application de paiement mobile de référence au Luxembourg (paiement de proximité, paiement online et in-app, paiement de factures, PtoP) grâce aux liens étroits établis avec la communauté bancaire du grand-duché. La solution équivalente leader en Belgique Payconiq (coalition de banques belges et hollandaises) a fusionné avec Digicash en 2018 et s’affiche comme le wallet digital N°1 dans la zone BeNeLux. Hors d’Europe, mentionnons le succès des wallets digitaux indiens lancés par plusieurs jeunes entreprises.
Parmi la multitude d’acteurs en lice en Inde (dont les opérateurs télco Airtel, Vodafone, les géants Google, Facebook/WhatsApp, Amazon, Flipkart, PayPal, PayU ou les banques SBI, ICICI, Axis…), quelques start-up ont en effet su tirer leur épingle du jeu, notamment Paytm (plus de 250 millions d’utilisateurs, des investisseurs prestigieux comme AntFinancial et Softbank; une vaste gamme de services…), Mobikwik (plus de 100 millions de clients pour son wallet et une offre de services financiers qui ne cesse de s’étoffer), Freecharge (ex start-up désormais dans le giron d’Axis Bank), Oxigen (plus de 150 mil
lions de clients), …
Même si le cash reste largement dominant dans le sous-continent indien, il est prévu que le marché des digital wallets puisse représenter 1 000 milliards $ à l’horizon 2023.
Terminons cette liste évidemment loin d’être exhaustive par l’exemple de Grab (le « Uber » du sud-est asiatique) qui a aussi lancé GrabPay en tant que wallet multi-fonction.
Quant à l’acteur français Lyfpay , il ne rentre pas parfaitement dans nos « cases», ou bien il aurait pu être logé dans plusieurs catégories à la fois : start-up dans l’esprit ; parenté bancaire ; partenariat fort dans le retail; actionnariat varié (CM-CIC, BNP Paribas, Carrefour, Auchan, Total, Mastercard, Oney/BPCE)…
Né de la fusion de Fivory (Crédit Mutuel Alliance Fédérale) et de Wa ! (BNP Paribas), Lyfpay est tout à la fois un wallet digital multi-fonction (paiement off- et on-line, PtoP, cagnottes…), une marque d’acceptation, un enabler et une plate-forme de services pour les commerçants. Il tend à conjuguer le meilleur des deux mondes banque/retail en misant sur une expérience utilisateur aboutie et une intégration sans couture avec les systèmes des marchands (caisse, IT, CRM, marketing…). L’app Lyfpay a été téléchargée 2 millions de fois.
Aujourd’hui dans les objectifs de Lyfpay qui se verrait bien en Alipay à la française: continuer l’élargissement du réseau d’acceptation et de la base d’utilisateurs; étoffer l’offre de services au-delà du paiement ; lancer de nouveaux partenariats avec de grands commerçants (ex : Marionnaud en mai 2019) ; amorcer l’européanisation avec un premier pas en Belgique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.