Agathe Martin, Analyste Financière, Fabernovel

Le marché de l’OTT – largement dominé par Netflix qui capte toujours 87% du nombre d”abonnés américains* et dont la valorisation boursière a quasiment sextuplé en 5 ans passant de 20 milliards à 120 milliards de dollars – pourrait connaître de significatives évolutions dans les mois à venir. En effet, de nombreux concurrents s’apprêtent à lancer leurs offres : Apple TV+ s’est déjà lancé  le 1er novembre, Disney+ le 12 novembre puis HBO Max et Peacock au printemps 2020.

Le marché de l’OTT est certes toujours en forte croissance – 159 milliards de dollars attendus pour 2024 vs 68 milliards de dollars en 2018** – mais cela suffira-t-il pour nourrir l’appétit des nouveaux entrants et opérateurs existants ? Pas certain.

Pour être compétitif, chaque acteur va devoir miser sur la qualité de ses contenus : des contenus obtenus auprès de producteurs et/ou des contenus originaux, à produire eux-mêmes.

Peu d’acteurs pourront réellement défier la concurrence sur les contenus originaux. En effet, cela exige non seulement de l’expérience et des talents, mais aussi de larges investissements financiers qui ne seront réalisables qu’à une de ces deux conditions :

  • soit l’acteur concerné a, comme Netflix, une base d’abonnés telle qu’il a de grandes chances de rentabiliser ses investissements, grâce à un fort effet d’échelle,

  • soit l’acteur concerné n’a pas une telle base d’abonnés existante, mais peut se permettre de réaliser ces investissements à pertes car il dispose d’une autre activité générant assez de bénéfices pour les financer à l’image de The Walt Disney Company.

Quant aux contenus obtenus auprès d’autres producteurs, le renforcement de la concurrence pénalisera autant les nouveaux que les anciens acteurs et, très certainement indirectement, leurs abonnés. En effet, la plupart de ces contenus sont vendus aux enchères et il y a fort à penser que les prix d’entrée exploseront, comme ce fut le cas dans le sport avec les ligues de football notamment (+60% d’inflation aux dernières enchères pour les droits audiovisuels de la Ligue 1 Conforama). Des augmentations qui auront de grandes chances d’être répercutées sur le tarif des abonnements, comme l’a démontré Netflix récemment.

Alors si ce renforcement de la concurrence s’accompagne pour les utilisateurs finaux à la fois d’une multiplication de leurs abonnements et d’une hausse de leurs tarifs, va-t-il inciter les abonnés à réduire leur consommation, ralentissant la croissance attendue du marché ? Ou le marché sera-t-il si compétitif que les plus gros acteurs auront vite fait de le re-consolider pour continuer à nous offrir une expérience simple et abordable ?

*Chiffres Statista ** Chiffres Digital TV Research

A propos d’Agathe Martin, Analyse Financière, Fabernovel

Agathe a rejoint Fabernovel fin 2017 pour créer au sein du groupe une nouvelle offre de conseil stratégique et financier ayant pour mission d’aider les entreprises à articuler, piloter et valoriser leur stratégies de transformation.

Avant de rejoindre Fabernovel, Agathe a cumulé 5 ans d’expérience dans l’analyse financière, d’abord en Private Equity chez Amundi PEF à Paris, puis sur les sociétés cotées chez Exane BNP Paribas à Londres où elle fut Equity Analyst dans le secteur de la Distribution puis des Telecoms. Elle fut notamment en charge de couvrir les opérateurs français (Orange, Bouygues, Iliad, Altice) et italiens (Telecom Italia).

Agathe est diplômée de l’ESSEC (promotion 2013) et titulaire d’un MBA de la Queen’s University de Kingston (Canada).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.