lun. Mar 4th, 2024

Par Karl Toussaint du Wast, co-fondateur de Netinvestissement

Vent de panique dans le secteur bancaire aux Etats Unis ! le vendredi 10 mars 2023, la banque américaine SVB (Silicon Valley Bank), 16ème plus importante banque du pays en actifs sous gestion, basée à Santa Clara en Californie et connue pour être la « banque de la tech US » s’est déclarée en faillite.

Mais que s’est -il passé ? Sommes-nous à l’aube d’un nouvel épisode « subprimes » comme en 2008 ? Doit-on craindre une contagion en France et en Europe ?

Tout est parti d’une étincelle : Une série de clients qui avaient ouïe dire qu’SVB venait de rater une augmentation de capital de « seulement » 2.2 milliards de dollars consécutivement à la cession, en urgence, quelques jours plus tôt, d’une très grande quantité de ses obligations.

Ces clients ont alors paniqué : « Si ma banque d’une part vend autant d’obligations d’un coup et que d’autre part elle n’est ensuite même pas capable d’aller lever deux milliards sur les marchés pour équilibrer ses comptes… ça ne présage rien de bon ».

Conséquences : ce ne sont pas moins de 42 milliards de dollars de retraits qui sont demandés par ces mêmes clients en quelques heures.

Résultat : Incapable alors d’honorer ces demandes, la SVB se retrouve en « bank run », comprenez une crise de liquidités. La banque se déclare en faillite quelques jours plus tard seulement.

Comment en est-elle arrivée là si rapidement ?

Tout d’abord il faut comprendre que cela n’a absolument rien à voir avec 2008 et l’épisode tristement célèbre des subprimes. Cette vente massive d’obligations est directement la conséquence de la nouvelle hausse des taux directeurs récemment annoncée par Jérôme Powell. En effet plus les taux montent, plus la valeur des obligations déjà sur le marché baisse. Il faut donc les vendre, s’en débarrasser pour « épurer » un peu ses comptes. En soit c’est logique, normal, voire prévisible. Le souci c’est qu’SVB était en réalité très (trop) concentrée sur une seule typologie d’obligations (notamment des obligations d’Etat) à échéance longue (3 à 5 ans). Ce choix stratégique d’investissement pris à un instant T s’est retourné contre la banque face à des taux directeurs qui ne cessent de monter.

Y a-t-il un risque de contagion ?

Pour le moment et compte tenu des informations dont nous disposons à ce jour, la réponse est clairement non. C’est un accident isolé, à fortiori car lié aux choix de gestion pris par la direction de la banque de trop se concentrer sur un seul type d’obligations et donc d’être trop exposé aux risques de hausse de taux. Cela ne veut pas pour autant dire que cela ne se reproduira pas. Le véritable risque majeur serait de voir d’autres clients de banques régionales, similaires à SVB, quitter leur banque pour une plus grosse, plus régulée, plus solide. La preuve, on a vu qu’une autre banque régionale californienne : First Republic Bank a perdu 62% en bourse ce lundi 13 mars.

L’onde de choc constatée sur les valeurs bancaires françaises vendredi dernier est évidente et compréhensible, mais il n’y a, pour le moment, aucune inquiétude à avoir pour nos banques en France ou en Europe. SVB n’a pas de License bancaire européenne, n’est pas exposée au secteur immobilier et nos banques françaises ne sont pour ainsi dire pas en relations d’affaires ou interbancaires avec SVB. Il n’y donc, à priori, pas de raison de craindre un effet de contagion de type systémique ou une propagation pour le secteur en France ou en Europe.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *