ven. Juin 14th, 2024

Situées au cœur de la ville d’Auray (Baie de Quiberon en Bretagne) , ces halles construites au XII siècle, détruites et rebâties plusieurs
fois, sont emblématiques de celleci. Sur 500 m 2 , entre deux autres bâtiments classés
monuments historiques, la mairie et le théâtre, ces nouvelles halles traitées en ossature
métallique, en mémoire aux halles d’Auray datant du siècle dernier, s’intègrent tout en
contraste avec la pierre des bâtiments adjacents.


Un traitement résolument contemporain
Ce projet de rénovation prend en compte le point de vue fonctionnel et esthétique. Le bâtiment et le
cheminement intérieur sont repensés. Avec la quasitotalité des façades vitrées, il en découle une
grande perméabilité visuelle et fonctionnelle entre intérieur et extérieur. Le linéaire de façade est
désormais occupé par un large accès central et des étals ouvert à la fois sur l’intérieur et l’extérieur.
Au sud, chaque étal dispose d’un comptoir et de fenêtres accordéons côté rue, associés à la terrasse
couverte où peuvent s’installer des tables et des chaises.

 

Par sa démarche architecturale, ces nouvelles halles de marché interviennent comme un gage de
continuité de celles détruites en 1960.


Des halles contemporaines qui réinterprètent le langage industriel


L’ensemble des deux façades, au nord et au sud, a été déposé et le langage architectural a été
complétement revu. Le langage industriel est ici réinterprété mais son
essence est conservée à travers l’utilisation de poteaux et de poutres
métalliques, de voûtes et de larges baies vitrées.
Une série de poteaux débordants se positionne dans l’alignement du
théâtre et vient supporter un auvent protégeant du soleil et offrant une
venelle couverte aux riverains. En plus de limiter l’apport lumineux direct
sur les étals, l’auvent permet de maintenir une certaine transparence
entre l’intérieur et l’extérieur, et d’accueillir des espaces de restauration
extérieurs.


A l’étage, audessus des halles, des bureaux administratifs sont conservés
en l’état. Les lucarnes et les menuiseries sont préservées mais re
habillées afin d’offrir un ensemble cohérent avec la nouvelle architecture
du marché. Un nouvel auvent adapté à la dimension des fenêtres
existantes, protège les lucarnes hautes, au Nord comme au Sud, redonnant de la hauteur visuelle à
l’étage et jouant le rôle de brisesoleil au Sud.
Un grand soin a été apporté au choix des autres matériaux, qualitatifs et chaleureux, en
complémentarité avec le caractère industriel des façades. Les revêtements proposés pour l’espace
principal sont : plafond intérieur en bois semiajouré contribuant au traitement acoustique de la halle,
revêtement de sol intérieur en béton quartzé.


Pour Alexandre Lahyani et Angel Menendez :
« Pour nous, le plus grand défi était de réussir à concevoir une halle qui s’inscrit dans son contexte,
c’estàdire en conservant les bureaux de la mairie au 1 er étage tout en se glissant au milieu de deux
édifices à caractère patrimoniaux. »
« Les enjeux urbains et la réhabilitation appelaient à travailler en ossature poteau/poutre, on y a tout
de suite vu l’opportunité pour créer un langage en mémoire des anciennes halles d’Auray »
Une organisation spatiale remaniée
Légèreté, transparence et ouverture sur l’extérieur constituent un vocabulaire architectural simple
mais précieux, invitant les riverains et utilisateurs à s’approprier aisément le lieu.
Le cheminement intérieur est complétement repensé afin de s’adapter au mieux aux besoins et
problématiques actuelles et accueillir les commerces. Une charte d’aménagement des étals a été
élaborée pour une meilleure cohérence entre l’aménagement global et celui des étals
Au Nord, un large escalier extérieur avec une rampe intégrée remplace l’accès existant.
Un local conciergerie, prévu pour permettre aux habitants de retirer leurs commandes en dehors des
heures d’ouverture du marché, est accessible depuis l’extérieur et l’intérieur.
L’ensemble des surfaces techniques a été intégré dans les trames latérales de part et d’autre des
halles, ce qui libère totalement l’espace des halles et les façades.
Les deux locaux poubelles sont fusionnés en un seul, entièrement réfrigéré et accessible directement
depuis l’intérieur et l’extérieur. Les sanitaires réservés aux commerçants et le local ménage sont
également intégrés dans ailes techniques.
Un ascenseur accessible aux personnes à mobilité réduite reliant le marché, le petit théâtre et le 1er
étage, est créé.
L’accès vers le petit théâtre depuis les halles se fait via un large escalier centré sur l’arche centrale en
pierre, entièrement dégagée et ainsi mise en valeur.

 

L’atelier LÂME architecture a été créée en 2013 par Angel Menendez (l’ETSAM de Madrid) et
Alexandre Lahyani (l’ENSAPLV à Paris). Ils font leurs classes ensemble chez studio Milou architecture,
où ils développent des projets culturels d’ampleur comme le Carreau du Temple à Paris ou
la Comédie à Saint Etienne. Ils se distinguent en étant lauréats de l’Europan 13, sur le site de Bondy.
L’agence travaille sur des réalisations aux échelles variées, de la restructuration de l’accueil et du bar
du Carreau du Temple à Paris (75) à la réhabilitation et l’extension du centre culturel Malraux à
VerrièresleBuisson (91), la création d’un cinéma et salles polyvalentes à Pornichet (44) ou pour la
construction d’une salle de spectacles et d’un espace jeunesse à Puilboreau (17). Plus récemment
lauréate du concours pour la réhabilitation du marché couvert et la requalification de place du centre
ville de Chauny (02) et de la réhabilitation et extension de l’espace culturel Jean Racine à
SaintRémyLèsChevreuse (78). Une partie de l’activité de l’agence est dédiée au retail et la
création d’univers dans le milieu de la mode et du design
L’atelier LÂME est lauréat du prestigieux prix 40under40 2021 récompensant les jeunes architectes les
plus prometteurs de leurs générations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *