économique – Climat sur mesure – CSM

C’est une réalité qu’il est impossible d’ignorer : la crise énergétique est bel et bien là.

Elle a déjà coûté 450 milliards d’euros à l’Union Européenne (source) mais, malgré les mesures mises en œuvre, elle est bien partie pour durer. La Commission Européenne estime qu’elle devrait produire ses effets au moins jusqu’en 2025 (source).

Car les sources d’inquiétudes, qui pèsent sur nos approvisionnements en énergie et sur nos modes de consommation, sont nombreuses : raréfaction des énergies fossiles, canicules, sobriété énergétique, rationnement des entreprises, augmentation du coût des énergies, décarbonation des entreprises, risques de coupure…

Pourtant, cette situation n’est pas une fatalité ! Les entreprises (industrielles, agricoles…), les collectivités et tous les lieux accueillant du public peuvent dès à présent mettre en place des alternatives très efficaces à moindre coût.

« Des solutions simples et innovantes existent pour rafraîchir et chauffer nos bâtiments de manière plus écologique et plus économique ! » explique Victor Bernard, le fondateur de Climat sur mesure – CSM.

Il présente ces méthodes, mises en place par CSM après avoir pris en compte chaque paramètre (fabrication, réparabilité de la machine, approvisionnement en combustible ou en énergie) afin de réduire son impact environnemental et ses coûts. 

    « En aucun cas, nous n’incitons nos clients à faire du « Greenwashing » ! Nous travaillons avec eux sur des projets où l’ensemble de la chaîne de chaque installation a été étudiée et optimisée. »

Avoir chaud cet hiver sans se ruiner : le chauffage par biomasse

La guerre en Ukraine a plongé toute l’Europe dans une crise énergétique sans précédent.

Le risque de pénurie de gaz est réel, y compris en France, ce qui pourrait conduire les entreprises à subir des coupures exceptionnelles et temporaires (source). De plus, les prix flambent. Au deuxième trimestre 2022, le gaz a augmenté de 37,6% par rapport à 2021 (source). Quant au fioul, la facture a quasiment doublé cette année (source).

D’où l’intérêt de se tourner vers une autre source d’énergie primaire, à la fois renouvelable, économique et inépuisable : le bois. La France possède d’ailleurs le meilleur potentiel de production bois énergie en Europe.

 

Les (grands) petits plus écologiques

La biomasse (plaquettes, miscanthus,etc.) offre un bilan carbone neutre, des émissions nettes de CO2 négligeables par rapport aux autres modes de chauffage, une participation à la gestion durable des forêts en France.

De plus, comme il s’agit d’une énergie territoriale, elle crée des emplois locaux pérennes, en circuits courts.

L’offre Climat Sur Mesure

CSM propose différentes solutions de chauffage par biomasse :

  • Poêle à bois industriel à air pulsé ;
  • Générateur d’air chaud à pellets ;
  • Bois déchiqueté, également appelé “plaquettes forestières” ;
  • Générateur d‘air chaud à bois déchiqueté ;
  • Chaudières mixtes à bois granulés et plaquettes ;
  • Chaudières polycombustibles bois et biomasse ;
  • Stockage et diffusion.

Être au frais cet été sans utiliser la clim’ : le rafraîchissement par évaporation

Les scientifiques sont formels : en raison du réchauffement climatique, les canicules vont se répéter plus souvent, être plus intenses et concerner aussi des périodes plus précoces ou plus tardives (source). En bref, cela signifie que de juin à septembre, il va désormais faire très chaud.

Une situation pénible pour les ménages, mais catastrophique pour les entreprises. Car quand les températures grimpent à l’intérieur des bâtiments, leur compétitivité chute significativement : mauvaises conditions de travail, baisse de productivité due à la chaleur, absentéisme, coûts de climatisation trop élevés, systèmes de production inadaptés à la chaleur, les difficultés de ventilation …

La solution ? Le refroidissement adiabatique. Il fonctionne tout simplement par évaporation, lorsque l’air chaud entre en contact avec l’eau (par vaporisation ou panneau humide). Au contact de l’air chaud, l’eau s’évapore et l’énergie nécessaire à l’évaporation des particules d’eau est puisée dans les calories présentes dans l’air chaud. L’air chaud perd alors des calories entraînant une baisse de sa température.

    « Concrètement, il est ainsi possible de faire baisser naturellement la température à l’intérieur des bâtiments pour la faire passer de 40°… à 24° ! »

Les (grands) petits plus de cette technologie

  • Simplicité et efficacité ;
  • Faibles coûts de fonctionnement ;
  • Retour sur investissement rapide ;
  • Système écologique ;
  • Renouvellement de l’air intérieur ;
  • Filtration de l’air entrant ;
  • Aucun risque sanitaire (légionellose) ;
  • Réponse au virus de la Covid-19 ;
  • Aucun fluide frigorigène ;
  • Structure garantie 10 ans ;
  • Tarif : à partir de 20€ HT/m².

Respirer un air sain et sans virus : la Ventilation

Alors que nous passons en moyenne 80% de notre temps dans des espaces clos, il faut savoir que l’air intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur.

De plus, en cas de nouvel épisode de crise sanitaire, les bâtiments se transforment vite en foyers de contamination, avec toutes les conséquences humaines et financières que cela implique.

En effet, un bâti non ventilé (ou insuffisamment) accumule l’humidité, les poussières, les odeurs non désirées, les bactéries et les virus (Covid-19), les moisissures, l’air chaud stagnant sous le plafond…

C’est pour cela qu’un climat réellement nocif se développe, à tous les niveaux : pour les utilisateurs (inconfort, maux de tête, fatigue, maladies…), pour les systèmes de production et même pour le bâtiment qui va s’altérer avec le temps.

Pourtant, il existe des solutions de ventilation adaptées à tous les besoins et à toutes les configurations de locaux.

CSM propose notamment des :

  • Ventilateurs muraux pour l’extraction ou la ventilation de 21 000 à 39 800 m3/h ;
  • Ventilateurs de toit pour l’extraction ou la ventilation de 21 000 à 39 800 m3/h ;
  • Ventilateurs de plafond de diamètres 140 et 300 cm pour abaissement de l’air chaud pour des hauteurs de plafond de 4 à 12 m.

À propos de Victor Bernard, le fondateur

    « Notre ambition : proposer des solutions innovantes, écologiques et un retour sur investissement optimum. »

Fils d’agriculteur, Victor Bernard a grandi à Bressuire (79) sur l’exploitation familiale.

Il a ensuite suivi des études d’Ingénieur en Bretagne, région dans laquelle il débute sa carrière professionnelle.

7 ans plus tard, de retour aux sources, il lance l’aventure entrepreneuriale Climat sur Mesure en parallèle à son nouveau statut de jeune agriculteur, avec comme projet une agriculture de conservation.

L’idée du concept Climat sur Mesure est née de son expérience « du terrain ».

En effet, depuis 2011, Victor travaille avec son père sur des projets d’installation de rafraîchissement par évaporation pour des industries situées en France et au Maghreb.

Durant la crise sanitaire, comme beaucoup de Français, il réfléchit au sens qu’il veut donner à sa vie professionnelle et à l’impact qu’il peut avoir sur la planète. Il constate d’ailleurs une prise de conscience générale face aux enjeux environnementaux de demain. En parallèle, la pandémie de Covid-19 met en lumière l’importance de la gestion climatique et du renouvellement de l’air.

Pour répondre à ces besoins croissants, il fonde Climat sur Mesure avec un objectif : proposer des solutions simples et innovantes permettant de ventiler, refroidir et chauffer un bâtiment, et ce, avec un impact environnemental le plus faible possible, voire positif.

Aujourd’hui, Climat sur Mesure ambitionne de travailler avec les acteurs de l’industrie et de l’élevage pour les aider à réduire leur impact environnemental et/ou améliorer les conditions de travail à l’intérieur de leurs bâtiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.