lun. Mar 4th, 2024

Les places financières ont connu un mois de novembre historique en termes de performances boursières. Après trois mois de consolidation, voire de correction pour certains indices, les marchés sont fortement repartis à la hausse. En France, le CAC 40 a repris + 6,2 % sur le seul mois de novembre, et le DAX 40 allemand + 9,6 %. Outre-Atlantique, Wall Street a rebondi de manière spectaculaire. Le Nasdaq 100 a même connu son neuvième meilleur mois depuis 1970 avec une hausse de + 11 %. Le Dow Jones et le S&P 500 n’ont pas été en reste, puisqu’ ils ont grimpé de + 9 % chacun. En Asie, les indices ont terminé en ordre dispersé avec d’un côté un Nikkei japonais qui a pris + 7 %, et de l’autre, l’indice chinois qui a reperdu – 3,5 % en raison de la persistance de la crise de l’immobilier et de statistiques macro en demi-teinte.

Ces performances remarquables sont dues à plusieurs facteurs. Le premier, qui explique la majeure partie de la hausse, concerne l’anticipation du marché de la fin du cycle de hausse de taux d’intérêt démarré par les banques centrales il y a maintenant 18 mois. Même si les banquiers centraux n’ont rien affirmé de tel, les investisseurs anticipent désormais des baisses de taux en 2024, qui pourraient démarrer dès le deuxième trimestre. Par ailleurs, les statistiques macroéconomiques sont toutes allées dans le sens des banques centrales, avec une inflation baissant significativement à 2,4 % pour la zone euro (plus bas depuis 2 ans) et à 3,2 % pour les États-Unis. Les données sur l’activité sont plutôt favorables à un “soft landing” (atterrissage en douceur) de l’économie, plutôt qu’un “hard landing”, du moins aux États-Unis. En effet, la croissance US a été révisée à la hausse au T3 à 5,2 % en rythme annualisé. En zone euro, en revanche, la récession guette, une petite hausse de + 0,1 % a été dévoilée au T3, l’Allemagne confirmant son prolongement en zone de contraction (- 0,1 %).

Certaines entreprises qui ont connu une forte pression vendeuse durant l’année 2023, ont rebondi significativement en novembre en France. C’est le cas d’Unibail-Rodamco (+ 20,8 %) ou de Worldline (+ 15,3 %), dont les investisseurs ont profité des cours de Bourse historiquement bas pour acheter l’action. Le secteur Tech, dans le sillage du Nasdaq, a lui aussi bien progressé en atteste la performance mensuelle de STMicroelectronics (+ 13,8 %), ou encore Dassault Systèmes (+ 8 %). La thématique transition énergétique a aussi bien fonctionné, Schneider Electric prenant + 12,6 % sur le mois. À l’inverse, le secteur des spiritueux, sensible à la conjoncture et à la Chine, a sous-performé à l’image de Pernod Ricard (- 8 %) et Rémy Cointreau (- 6,1 %). Le secteur du luxe a aussi eu du mal, confirmant son année en demi-teinte, avec des pertes pour LVMH (- 0,6 %) ou Kering (- 1,4 %).

Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse de marchés chez eToro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *