ven. Juin 14th, 2024

Les filières économiques dans les cotes d’Armor

Agriculture

7 316 exploitations ont été recensées en Côtes d’Armor en 2020, volume en baisse de 22,8% par rapport à 2010 (-69% par rapport à 1988). Données issues du tout récent Recensement agricole (Source Agreste, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation).

 

Industrie

3 788 établissements répertoriés en Côtes d’Armor en 2020

Le tissu industriel costarmoricain (6,5% du total des établissements du département) est constitué très majoritairement de petites entreprises : 87,2% emploient moins de 10 salariés, proportion cependant moins élevée que pour l’ensemble des activités économiques (94,4%). Cinquante entreprises (1,3% de l’ensemble des établissements industriels) emploient plus de 100 salariés. Il s’agit majoritairement d’établissements relevant de la filière Agroalimentaire (31 sur 50) qui devance largement le secteur de la “Métallurgie et de la fabrication de produits métalliques, à l’exception des machines et équipements” qui ne comptent que 4 établissements de plus de 100 salariés.

 

Agroalimentaire

La filière agroalimentaire Costarmoricaine a longtemps été caractérisée par la prédominance du système coopératif. Créées à l’origine dans des activités d’approvisionnement et de concentration de l’offre, les coopératives ont progressivement investi dans des outils de transformation afin de sécuriser les débouchés de leurs adhérents et fabriquer des produits de plus en plus élaborés. Ces 20 ou 30 dernières années ont été marquées, en Côtes d’Armor comme ailleurs, par une diminution du nombre des coopératives agroalimentaires et, parallèlement à cela, par le biais d’unions, fusions et acquisitions, au développement de grosses unités coopératives qui incluent des investisseurs privés dans leur structure juridique et financière.

875 établissements agroalimentaires étaient recensés en Côtes d’Armor en 2020 (filière “Fabrication de denrées alimentaires et boissons), représentant 23% des établissements industriels du département (1,5% de l’ensemble des établissements).
La branche Fabrication de produits de boulangerie-pâtisserie et de pâtes alimentaires regroupe à elle seule 497 établissements (56,8% du total), loin devant les filières de Transformation, conservation de viande et préparation de produits à base de viande (114, 13%), de Fabrication d’aliments pour animaux (72, 8,2%), d’autres produits alimentaires (66, 7,5%) ou de boissons (53, 6,1%), les autres filières comptant chacune moins de 50 établissements.

L’agroalimentaire Costarmoricain est constitué très majoritairement de petites entreprises : 78% emploient moins de 10 salariés, proportion cependant moins importante que pour l’ensemble du secteur industriel (87%) et des activités économiques (94%). 55 établissements de 50 salariés ou plus sont recensés (dont 14 de plus de 200 salariés), soit 6,3% seulement du total des établissements agroalimentaires. Ces grands établissements appartiennent aux filières de Transformation et conservation de viande et de préparation de produits à base de viande, de Fabrication d’aliments pour animaux, de produits de boulangerie-pâtisserie et de pâtes alimentaires, de produits laitiers, d’autres produits alimentaires, ainsi que la Transformation et conservation de fruits et légumes.

Les territoires Costarmoricains les plus pourvus en établissements agroalimentaires de plus de 50 salariés sont Loudéac Communauté Bretagne Centre, Guingamp Paimpol Agglomération, Saint-Brieuc Armor Agglomération, Dinan Agglomération et Lamballe Terre et Mer. Peu présents sur les territoires de Leff Armor Communauté et du Kreiz-Breizh, ils sont totalement absents de celui de Lannion-Trégor Communauté. Les 14 établissements les plus importants (200 salariés et plus) sont localisés à Loudéac (2), Saint-Agathon (2), Lamballe-Armor (2), Le Mené, Guerlédan, Trémorel, Créhen, Vildé-Guingalan, Guingamp, Lanfains et Yffiniac.

 

Filière maritime

En progression de 4% par rapport à 2015, la flottille de pêche en Côtes d’Armor était constituée en 2018 de 291 navires (20% de la flottille bretonne). La majorité relève de la « petite pêche » de proximité, la pêche au large compte 27 unités (30% des 818 marins embarqués). La montée en puissance des armements hauturiers, ainsi que la production et valorisation de certaines espèces de coquillages auparavant sous exploités par la pêche côtière, ont permis de diversifier les apports en produits de la pêche.

Les débarquements concernent 4 familles de produits (Sources : CCI22, CAD) :

  • Les poissons (40 espèces dont l’églefin, la lotte, le merlu, le grondin rouge, le merlan, le Saint-Pierre, le tacaud, le lieu jaune) et les céphalopodes (encornets et seiches) sont capturés au chalut, principalement par les navires hauturiers. Les apports sont stables depuis 2012 et représentent 56% des volumes débarqués ;
  • Les coquillages (dont la Coquille Saint-Jacques, bulots, praires, et amandes) sont péchés en majorité par les dragueurs côtiers. Ils constituent environ 38% des débarquements. Avec 5 725 tonnes enregistrées dans les Criées des Côtes d’Armor en 2018, la Coquille Saint-Jacques reste la 1ère espèce en volume et en valeur. Le gisement de praires, qui avait fait la renommée du Port d’Erquy dans les années 50, connait une légère reprise depuis 2012. La pêche professionnelle en plongée autonome, participe à ses apports et cible particulièrement l’ormeau et la Coquille Saint-Jacques ;
  • Les crustacés (araignées de mer, tourteaux et homards), capturés au casier ou au filet, représentent 6% des volumes débarqués.

 

Construction

5 657 établissements répertoriés en Côtes d’Armor en 2020

Les données relatives au secteur de la construction concernent aussi bien les entreprises de terrassement, de maçonnerie, de couverture, de pose de menuiserie, de plomberie, de chauffage, d’électricité que celles du génie civil. Le secteur de la construction en Côtes d’Armor (9,8% du total des établissements) est constitué très majoritairement de petites entreprises : 93,6% emploient moins de 10 salariés, proportion équivalente à celle observée pour l’ensemble des activités économiques (94,4). Ce secteur compte 28 établissements de 50 salariés ou plus (dont 5 seulement de plus de 100 salariés), soit 0,5% du total des établissements de ce secteur.

 

Tertiaire

Près des 2/3 des établissements dans le secteur tertiaire

Les Côtes d’Armor comptent 36 835 établissements tertiaires (données 2020) qui constituent pratiquement des 2/3 de l’ensemble des établissements du département (63,7%). Ceux relevant du Commerce, des Transports, de la Restauration et de l’hébergement forment la part la plus importante (34,8% du total), suivis par les Services marchands aux ménages (33,6%) et aux entreprises (31,6%). Les secteurs du Commerce et de la Réparation d’automobiles et de motocycles regroupent le nombre d’établissements le plus élevé (8 416 soit 23% des établissements tertiaires), loin devant les Activités pour la santé humaine (12%) et l’Hébergement et la restauration (9%).

 

Tourisme

 

La France, 1er pays d’accueil de touristes étrangers au Monde

Ce secteur d’activités représente 7,4 % du PIB national et 2 millions d’emplois directs et indirects. En 2021, selon l’INSEE, les différents types d’hébergements (hôtels, campings, hébergements collectifs…) ont accueilli sur le sol national 800 millions de nuitées de touristes français et étrangers. Les 20 premiers départements touristiques de la métropole sont localisés sur les littoraux de la Méditerranée, de l’Atlantique et de la Manche. Depuis 2020, la crise du Covid-19 a fortement impacté sur l’activité touristique et limitant la fréquentation des clientèles françaises et particulièrement étrangères sur les territoires, notamment les destinations urbaines. En 2021, l’activité touristique a retouvé un niveau de fréquentation plus proche des années précédentes à la crise sanitaire.

Les Côtes d’Armor, 17ème département d’accueil

Le tourisme, seconde économie des Côtes d’Armor après l’agroalimentaire, génère chaque année, toutes clientèles confondues (françaises et étrangères), un chiffre d’affaires de 900 milions d’€ et représente près de 9% du PIB du département. Autour de 22 millions de nuitées touristiques sont chaque année comptabilisées 24% des nuitées en Bretagne (90 millions en 2021). Ce volume situe les Côtes d’Armor au 3ème rang régional derrière le Morbihan et le Finistère (Source : Flux touristiques BAT F. Marchand). En 2020, la crise sanitaire a eu un impact important sur le tourisme en Côtes d’Armor et en Bretagne, limitant l’activité touristique sur l’ensemble de l’année (- 25 % de nuitées, un volume global de 19 millions). En 2021, l’activité touristique est repartie à la hausse avec un cumul annuel de 21,7 millions en Côtes d’Armor, retrouvant ainsi un niveau d’activité plus proche des années précédentes (+ 20 % par rapport à 2020 mais inférieur de 7 % à 2019).

Au cours des années 2000, l’activité touristique a connu une période de recul (perte de 5 millions de nuitées à l’échelle régionale). Depuis 2013, la fréquentation est repartie progressivement à la hausse et a quasiment retrouvé son niveau antérieur. Cette tendance a été observée pour l’ensemble des destinations littorales françaises et suit l’évolution de comportement des Européens qui, sur la période 2008-2012, ont été moins nombreux à partir en vacances. Depuis 2013, la tendance générale s’est inversée grâce à la lente reprise économique. La crise du covid-19 a réduit fortement le tourisme dans l’ensemble des départements bretons en 2020 suivi d’un reprise en 2021.

 

Une activité touristique très marquée par les vacances et ponts

En 2021, la période estivale concentrait à elle seule 54% de l’activité touristique annuelle en Côtes d’Armor, proportion en baisse par rapport à 2000 (-10 % de nuitées, part en recul 3 points). Les bords de saison (vacances et ponts de printemps, arrière-saison d’été…), qui représentent 33 % des nuitées, se sont renforcés (+ 9 % de nuitées, part en progression de 4 points). Les mois d’hiver ne génèrent que 13% de l’activité touristique. A noter l’impact significatif et croissant des jours fériés sur l’activité touristique des Côtes d’Armor, générateurs de courts séjours. En 2021, la configuration particulière de l’année (1 confinements en printemps) a limité la fréquentation en bord de saison (printemps).

 

71 sites culturels et de loisirs cumulent 2,1 millions de visites en 2021 (habituellement 2,7 millions – hors covid-19)

L’offre de visites et de loisirs en Côtes d’Armor, importante et variée, est assurée par 235 prestataires (culture, sports, activités récréatives…), concentrés majoritairement en secteur littoral. Le département dispose notamment de 33 musées, 12 châteaux ouverts au publics, 24 parcs et jardins… 1/4 des sites affiche une fréquentation supérieure à 40 000 visiteurs et cumule 75% du total des visites comptabilisées dans le département.

Les lieux les plus fréquentés sont les îles (Bréhat, Les 7 îles…), la Vallée des Saints à Carnoët, Le Fort la Latte à Plévenon…

Le 1er musée du département en fréquentation est la Cité des Télécoms (Pleumeur-Bodou) avec plus de 79 500 visiteurs en 2019 (données non disponibles en 2021). 1/3 des sites ont une fréquentation inférieure à 10 000 visiteurs par an. Il s’agit essentiellement de musées et maisons d’interprétation du patrimoine situés souvent en secteur rural. La crise sanitaire du covid-19 a comme en 2020 impacté sur l’activité des sites de visites en 2021, particulièrement les musées et équipements couverts qui n’ont pu ouvrir qu’à partir du mois de mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *