Par Michael Ben-Gad, professeur en économie à la City, University of London :

 

Les nouvelles mesures budgétaires en Grande-Bretagne ne feront que prolonger la stagnation

« Le Royaume-Uni est en grande partie gouverné par des diplômés en philosophie, en politique et en économie, y compris l’actuel premier ministre, son prédécesseur et le chancelier en poste. Comme le démontrent les budgets successifs, nous pouvons toujours compter sur les leçons apprises dans les cours de politique pour être mises en œuvre de manière fiable, dans les cours d’économie seulement « in extremis » (lorsque l’argent vient à manquer), et dans les cours de philosophie, jamais.

Commençons par l’économie. L’effondrement qui a immédiatement suivi le « mini-budget » a démontré qu’alors que la Grande-Bretagne s’est précipitée de crise en crise, accumulant à chaque fois encore plus de dettes, ses créanciers ont finalement atteint les limites de leur patience. Si la plupart d’entre eux ont blâmé les réductions d’impôts, l’introduction du plafonnement des prix de l’énergie a été au moins aussi dommageable. Le relèvement du plafond des prix permettra non seulement d’économiser de l’argent, mais aussi d’encourager la conservation et de réduire les risques de pénurie. Le chancelier aurait dû aller plus loin.

En ce qui concerne la taxation des biens, l’augmentation de la taxe d’habitation est une autre bonne politique, mais il est dommage que « le droit de timbre » sera rétabli en 2025 à ses niveaux précédents plutôt que d’être complètement supprimé. La première mesure est un moyen efficace de collecter des recettes, tandis que la seconde génère des inefficacités sur les marchés du travail et du logement en pénalisant la mobilité professionnelle et en décourageant les personnes âgées à vendre leurs biens immobiliers pour que les jeunes familles puissent acheter des habitations plus grandes.

L’assainissement budgétaire sera-t-il suffisant pour convaincre les marchés financiers ? Le déficit sera de 7,1 % du PIB en 2022-23. La plupart des réductions de dépenses prévues dans le cadre de l’assainissement budgétaire de 55 milliards de livres sont reportées après les prochaines élections. Cela crée un problème familier en macroéconomie appelé incohérence dynamique – les politiques qui sont politiquement désagréables aujourd’hui ne sont jamais mises en œuvre, parce qu’elles sont tout aussi désagréables demain.

J’ai critiqué les affirmations de Truss et Kwarteng concernant l’autofinancement des réductions d’impôts. Pourtant, l’accent qu’ils ont mis sur la croissance, plutôt que sur la distribution, n’était pas injustifié. Premièrement, nous devons nous débarrasser du mythe selon lequel le Royaume-Uni est la cinquième économie la plus riche du monde. Elle est, pour l’instant, la cinquième plus grande ; mais sur une base par habitant, la seule comparaison qui ait un sens, elle se classe 24ème sur la liste des 40 économies développées du FMI.

En termes de parité de pouvoir d’achat, l’Américain moyen bénéficie d’un revenu supérieur de 34,6 %, et les Néerlandais et les Belges ont un pouvoir d’achat supérieur de 24,8 % et 11,1 % respectivement. Les Allemands, bien qu’ils aient encore à supporter les coûts énormes de la réunification et de la réhabilitation de l’économie décrépite de la RDA, bénéficient de revenus supérieurs de 14,3 % à ceux du Royaume-Uni. En 1980, le revenu par habitant à Taïwan ne représentait qu’un tiers de celui du Royaume-Uni ; aujourd’hui, il est supérieur de 24,4 %.

Les faibles taux d’investissement, tant publics que privés, dans le capital ainsi que dans la recherche et le développement expliquent en partie cette sous-performance. La hausse de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur les bénéfices des entreprises, l’augmentation de l’impôt sur les dividendes, ainsi que l’augmentation à 35 % de l’impôt sur les bénéfices exceptionnels, réduiront le rendement après impôt attendu des investissements et ne feront que prolonger cette stagnation.

En ce qui concerne la philosophie, une fois de plus, ce budget n’aborde pas la question plus fondamentale des fonctions qui devraient être assurées par l’État, et de celles qu’il vaut mieux reléguer à la société civile ou laisser à la responsabilité de chaque citoyen. Pourtant, plus d’argent est budgétisé pour les soins de santé, les soins sociaux, l’aide sociale, les subventions au loyer et pour protéger le triple verrouillage des pensions. Il en reste moins pour les fonctions les plus fondamentales de l’État, notamment la défense (ramenée au minimum à 2 % du PIB de l’OTAN) et la justice.

Si, en temps de paix, une charge fiscale de 37,5 % du PIB d’ici 2024-25 est compatible avec le concept de société libérale libre des Tories, de combien sera-t-elle augmentée lorsque, comme nous l’attendons, ils seront remplacés dans deux ans par les travaillistes ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.