IMMOBILIER DE TOURISME -COVID-19

LA CRISE SANITAIRE NE REMET PAS EN CAUSE L’ATTRACTIVITÉ DE LA MONTAGNE MAIS FAIT ÉVOLUER LE MARCHÉ

Par Benjamin BERGER – directeur général de Cimalpes

Choc lié aux mois de confinement, mise en œuvre de règles de quarantaine pour les touristes
étrangers, fermeture de certaines frontières, protocoles d’accueil plusieurs fois modifiés… En
dépit de la stratégie de déconfinement initiée le 11 mai puis renforcée le 1er juin, les marchés
de la location et de la transaction de biens immobiliers en montagne sont restés très prudents
au début de l’été avant de se réveiller et de se montrer étonnamment dynamiques.

 

LOCATIONS : DES TOURISTES PRÉSENTS CET ÉTÉ

Malgré toutes les incertitudes, les clients ont finalement
répondu à l’appel du grand air en juillet comme en août, la
montagne française tirant visiblement profit de son statut de
destination de proximité, de son accessibilité par la route dans
un contexte d’anxiété lié aux transports collectifs et de l’envie
de nature. Beaucoup de locations ont concerné des séjours
de deux semaines ou plus, propices aux retrouvailles en
famille. La crise sanitaire a par ailleurs eu des conséquences
sur la typologie de la demande avec un marché replié sur la
France et les pays limitrophes jusqu’à fin juillet. Début août,
les marchés plus lointains (Russie, Brésil, Chine…) se sont
néanmoins réveillés grâce à des conditions d’annulation
très flexibles et un regain de confiance global. Bien que 40 %
inférieurs à l’année dernière à ce jour, les marchés « long
courrier » auront donc permis à nos destinations de ne
pas être circonscrites aux seuls marchés de proximité. Le
contexte sanitaire a aussi affecté les métiers de la location
avec un fort accroissement des réservations en last minute
et une clientèle devenue très vigilante sur les conditions
d’annulation.

 

TRANSACTIONS : UN MARCHÉ RESTÉ ACTIF

Malgré de nombreux reports de signature liés au confinement,
aucune annulation de transaction n’a été constatée à cause
du Covid-19. En outre, de nouveaux acheteurs se sont
déclarés durant tout l’été, en manifestant l’envie de combiner
un achat plaisir et un investissement jugé plus sûr que
d’autres types de placements. Comme pour la location,
le marché de la transaction profite également de la bonne
image de la montagne, dont les points forts – accessibilité,
grands espaces, qualité de vie – sortent renforcés de la crise.
En termes de prix, on a pu observer quelques tentatives de
négociation agressives mais la résilience du marché a très
vite raisonné vendeurs et acheteurs.

 

RÉSERVATIONS, NATIONALITÉS,
PROJETS D’ACHAT : QUELLES PERSPECTIVES ?

À quelques mois de l’hiver, la question de la fréquentation
dans les stations reste incertaine. Les réservations sont
en retard : – 15 % pour Cimalpes, – 51 % pour l’ensemble
du marché (chiffres G2A). Bien qu’en repli, le baromètre de
l’activité locative chez Cimalpes reste plutôt encourageant
par rapport aux moyennes observées sur le marché
touristique. Les raisons de cette avance doivent-elles donner
le ton ? Remboursement à 100 % en cas de quarantaine,
confinement, fermeture station ou frontières (…), formations
certifiées, équipements de protection pour le personnel et
la clientèle, protocoles sanitaires d’accueil et formations
certifiées… etc. On s’attend donc à une recrudescence des
réservations en last minute, surtout que l’idée des vacances
à la montagne séduit toujours autant selon les chiffres de
trafic du site de Cimalpes qui indiquent une nette hausse des
marques d’intérêt avec 23 % de sessions en plus sur la période
mai-août 2020 par rapport à 2019. Ces mêmes données
montrent aussi que le marché se relocalise : les Français
et leurs voisins seront proportionnellement plus nombreux
tandis que la part des Britanniques et des Américains devrait
baisser, ce que confirment les premières réservations pour
les vacances de Noël et de février. Beaucoup d’incertitudes
demeurent également concernant les visiteurs russes,
chinoises ou issus du Golfe Persique qui constituent une
part conséquente de la clientèle à fort pouvoir d’achat. Pour
ce qui est de la transaction, la dynamique ne semble pas
ralentir avec des acheteurs toujours dans les starting-blocks
et une demande qui reste soutenue grâce aux Français mais
aussi aux Suisses, Néerlandais, Belges et Allemands.

 

« La crise du Covid-19 a accéléré certaines évolutions »

« Comme toutes les périodes de
crise, la crise du Covid-19 a accéléré
certaines évolutions. C’est vrai au
niveau individuel avec des acheteurs
qui ont pu, pendant la période
de confinement, mûrir l’idée d’un
investissement immobilier dans les
Alpes françaises. C’est, semble-t-il,
vrai au niveau des comportements
collectifs pour ce qui est du marché
de la location avec la montée en
puissance de la tendance du last
minute et de l’aspiration à plus
de flexibilité, notamment sur les
conditions d’annulation. Et c’est vrai
aussi pour le marché de la transaction,
qui profite du caractère de valeur
refuge de l’immobilier, de conditions
avantageuses pour acheter dans
le neuf (récupération de la TVA et
réduction des frais de notaire) ainsi
que d’un déplacement qui devient
structurel de la clientèle de l’hôtel ou
des résidences de tourisme vers l’offre
en chalet ou appartement. »

 

 

LES SIX MESURES SANITAIRES PRISES PAR CIMALPES

Yield management, marketing recentré, flexibilité, adaptabilité… Le contexte
de crise pousse le secteur à évoluer au niveau commercial. Il impose
également des mesures sanitaires de nature à rassurer la clientèle. Cimalpes
a ainsi systématisé un ensemble de six mesures :
1. L’ensemble du personnel est équipé de masques en agence
ainsi que pendant les temps d’accueil ou de visites des logements.
2. Chaque agence est équipée de distributeurs de gel hydroalcoolique
sans contact ainsi que de masques jetables également à disposition des
clients.
3. Des tests de températures à l’entrée de chaque agence
4. De nouvelles méthodes de nettoyage et de désinfection ont été mises
en place avec l’utilisation d’un désinfectant virucide conforme à la
norme EN 14476. Les équipes porteront aussi une attention toute
particulière aux points suivants : les poignées de portes et de fenêtres,
les interrupteurs muraux, les prises, les boutons d’ascenseur, les mains
courantes, les digicodes, les appareils électroménagers, les éviers et
robinets, les tables, les chaises, les sanitaires.
5. Le principe de distanciation physique sera toujours appliqué et respecté,
en agence comme lors des temps d’accueil.
6. Cimalpes assure un remboursement total dès lors que les stations de ski
et les frontières sont fermées pour raison sanitaire.

 

Les stations de montagne en France

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*