Matériaux composites : le « made in » Bretagne

Si la voile de compétition et le nautisme sont deux marchés historiques dans l’utilisation des composites, leur application s’étend à bien d’autres secteurs : automobile, aéronautique, bâtiment, énergies renouvelables, industrie, électronique, sport & loisirs, santé, défense…

Les cahiers des charges sont de plus en plus complexes et les matériaux composites doivent répondre à des exigences de légèreté, de résistance et de coûts maîtrisés.

Avec ses entreprises, ses plates-formes technologiques et ses laboratoires de recherche œuvrant dans le champ des matériaux composites, la Bretagne a développé un savoir-faire unique pour répondre à ces besoins de performance.

La filière régionale des composites est empreinte de l’environnement et de l’histoire maritime de la Bretagne. Les professionnels, installés sur le territoire, ont conçu des matériaux pour les domaines de la voile de compétition et du nautisme et sont ainsi rompus à une forte demande de performance.

 

De forts enjeux pour la filière composite bretonne

Allègement des pièces, robustesse, fonctionnalisation (matériaux intelligents, connectés…), respect de l’environnement, éco-conception sont des éléments incontournables des cahiers des charges des donneurs d’ordre.

Pour concevoir les matériaux de demain, les professionnels des composites sont amenés à réaliser des prouesses pour produire en petites séries sur un business model rentable et pour rester compétitif au niveau international. De plus, la filière doit s’adapter en permanence pour transférer ces technologies d’un marché à un autre.

Dans le top 3 des défis pour l’avenir, les entreprises citent les éco-matériaux et la recyclabilité (41% des réponses), l’amélioration des process de fabrication (24% des réponses) et la réglementation et la formation (9,5% des répondants).

 

Projet Solid Sail

Ce projet collaboratif[i] rassemble 7 acteurs bretons de la filière :

  • 6 entreprises : Multiplast[ii] (l’entreprise a signé un accord de partenariat pour la réalisation des Solid Sails avec les Chantier de l’Atlantique), Awentech, GSea Design, Voilerie Incidence Sails, Mer Vent, Ocean Data System,
  • 1 centre de recherche (Ensta Bretagne).

Ce consortium breton travaille en réseau pour ce projet de voile rigide, porté par Chantiers de l’Atlantique, co-labellisé par le Pôle Mer Bretagne Atlantique et le Pôle EMC2.

Testée depuis plus d’un an, SOLID SAIL 2.0 est une voile 100% composite, performante et pliable. Elle est destinée en première application à propulser sans consommation d’énergie les paquebots à voile de nouvelle génération. D’un point de vue technologique, SOLID SAIL 2.0 allie sécurité, efficience et longévité (25 ans contre 5 ans pour une voile classique).

Ce projet répond également à un enjeu de transition énergétique pour les transports maritimes internationaux qui doivent réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre dans les prochaines années.

[i] Le budget de Solid Sail (hors Chantiers de l’Atlantique) est de 920 K€. Les partenaires bénéficient d’un financement global de 456 K€, associant le FEDER, la Région Bretagne, Golfe du Morbihan agglomération et Lorient agglomération.

 

8 entreprises du secteur:

  • AVELrobotics (56)
  • CDK Technologies (29 / 56),
  • DEMETA (35),
  • Europ 3D (56),
  • NANOVIA (22),
  • IRMA (56),
  • SEABIRD (56),
  • Sense in (56).

Membres du réseau Composite Bretagne (plateformes de recherche) :

Un pôle de compétitivité : antenne bretonne du Pôle EMC2, portée par l’Institut Maupertuis.

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*